Fonds de l’hôpital - AH

Ce fonds émanant en fait des Hospices civils et des établissements réunis - devenus dès 1991 les Hôpitaux universitaires de Strasbourg - est une mine de renseignements pour tout historien s’intéressant aux classes sociales en milieu urbain et aux structures foncières.

Cartulaire des dominicains, XIIIe-XIVe siècles (jpg - 654 Ko)

Cartulaire des dominicains, XIIIe-XIVe siècles

Un ensemble considérable, né de l’histoire mouvementée des Hospices civils

Le fonds de l’Hôpital, coté AH, se compose de plusieurs éléments d’origines diverses. On y trouve les documents relatifs aux biens séquestrés à l’époque de la Réforme protestante sur les anciennes institutions religieuses de Strasbourg et attribués à l’hôpital. Ils se retrouvent à côté des archives propres de l’institution dont l’origine remonte aux premiers temps de la ville : dès 1143, le roi Conrad confirme les propriétés de l’hôpital qui dépend encore de l’évêque. Par la suite, des bourgeois fortunés créent des fondations spécifiques qui permettent à l’institution de mener son activité.

Si les archives des anciennes institutions religieuses et celles de l’hôpital sont confondues, en revanche les documents des fondations conservent leur individualité.

L’hôpital est placé sous l’autorité du gouvernement de la ville jusqu’à la Révolution, puis de la municipalité.

Les Hospices civils, la Fondation de Saint-Marc et l’Orphelinat constituent les trois entités mises en place en application des lois du 16 vendémiaire  et du 23 brumaire an V (7 octobre et 13 novembre 1796). Par la suite, les hospices civils, établissement rattaché aux institutions municipales, deviennent un établissement public présidé par le maire de Strasbourg et enfin un centre hospitalier universitaire régional.

 

On trouve donc, sous la cote AH :

  • le fonds de la commanderie de Stephansfeld et de l’orphelinat départemental qui lui a succédé
  • l’hôpital Saint-Léonard
  • l’aumône dite de Saint-Marc
  • l’hospice des orphelins.   
  • des archives d’établissements hospitaliers strasbourgeois d’aide sociale ou de répression, des couvents, des paroisses et des fondations qui leur sont rattachés
  • des archives de la direction générale des Hospices civils de Strasbourg (depuis la Révolution)
  • des dossiers de gestion des biens produits par le Service des Domaines (depuis la Révolution).

 

Les documents et dossiers antérieurs à 1848 sont regroupés sous la cote 1 AH et la cote 2 AH. Les documents postérieurs à cette époque sont cotés selon le cadre de classement d’origine en plusieurs sous-séries, de 3 AH à 17 AH.


Un contenu spécifique

Eu égard à l’histoire du fonds et de ses composantes, l’historien trouvera dans les différentes sous-séries des données ayant essentiellement trait à l’administration des biens des Hospices (qui se trouvent largement répandus en Alsace et outre-Rhin), mais aussi, pour les XIXe et XXe  siècles, sur l’organisation des services et la construction de l’hôpital moderne. En revanche, il ne faut pas s’attendre à trouver des données illustrant l’histoire de la médecine ou de la recherche médicale.