Fonds du chapitre Saint-Thomas - AST

Ce fonds émane d’une institution millénaire au service de la Réforme et de l’Université dans une ville devenue un bastion du protestantisme.

Un charte du Fonds Saint-Thomas de 1276 (jpg - 548 Ko)

Un charte du Fonds Saint-Thomas de 1276

Reflet d’une histoire complexe étroitement liée à la diffusion du protestantisme à Strasbourg

L’église Saint-Thomas a été fondée, selon la tradition, à l’époque carolingienne. Un chapitre de chanoines (clercs vivant sous une règle commune et voués au service liturgique et pastoral d’une église) y est installé vers 1031.

Lors du passage de Strasbourg à la religion protestante, à partir de 1521-1529, le chapitre Saint-Thomas devient un centre important du mouvement réformateur. Les revenus du chapitre sont affectés par le gouvernement de la ville à différentes instances de la nouvelle organisation religieuse. Peu à peu, le chapitre Saint-Thomas devient le centre névralgique de l’Eglise protestante de Strasbourg, en liaison avec le séminaire protestant, les œuvres de bienfaisance et d’enseignement, l’université de la Ville antérieure à la Révolution.

Son statut fixé par la loi impériale du 29 novembre 1873 lui attribue comme compétences principales l’administration de diverses fondations dont celles de Saint-Thomas proprement dite, de la Haute-Ecole, du Corps des Pensions et de Saint-Guillaume.

On notera que les documents relatifs à l’Eglise de la Confession d’Augsbourg pour l’Alsace-Moselle sont versés aux Archives départementales et sont conservés sous la cote 2 V.

 


Un fonds composite d’une extrême richesse…

Le fonds, déposé aux Archives de la ville en 1901, reflète une nébuleuse d’institutions (Haute Ecole devenue Académie, puis Université - protestante - de Strasbourg, collège Saint-Guillaume, Corps des Pensions, bourses, fondations, séminaire protestant…). Formant une série appelée AST, divisée en 9 sous-séries, l’ensemble du fonds se compose :

  • du fonds propre du chapitre de Saint-Thomas antérieur à la Réforme
  • des fonds liés à l’enseignement avant la Révolution (Haute Ecole, université)
  • des fonds des fondations effectuées en faveur de l’enseignement
  • des fonds d’archives de couvents strasbourgeois  dont les revenus ou les bâtiments ont été affectés lors de la Réforme à des œuvres protestantes
  • des actes du convent ecclésiastique et du conseil archipresbytéral, instance supérieures de l’Eglise strasbourgeoise
  • des chartes du Corps des pensions, des comptes des fabriques du comté de Hanau-Lichtenberg
  • des manuscrits et correspondances d’humanistes, de réformateurs - dont Martin Bucer -  et d’historiens liés à Saint-Thomas.