Pour commencer ma recherche

Depuis le Moyen Âge, plusieurs conseils sont au centre des institutions gouvernant la Ville de Strasbourg

La salle des conseils de l'Eurométropole (jpg - 314 Ko)

Au Moyen Âge, une représentation des bourgeois apparaît dès le XIIe siècle

Ce conseil devient rapidement l’élément essentiel qui exerce l’autorité publique et la délègue à des personnes ou des comités ou conseils restreints, chargés de missions techniques particulières.


La forme institutionnelle se précise et se stabilise au début du XVIe siècle

Parmi ces instances dont les attributions n’en sont pas toujours très précisément définies et dont les membres sont élus par les bourgeois ou les délégués des corporations ou des sociétés nobiliaires, figure en première ligne le Gross Rath, le grand sénat. Le traitement des affaires particulières appartient à des conseils plus spécialisés : les XXI, les XIII, les XV.

A côté de ces conseils, des commissions spécialisées sont mises en place selon les circonstances : chambre d’économie (après la découverte des prévarications du préteur royal François-Joseph de Klinglin), directeurs des feux, …


La mise en place des nouvelles institutions par décision de l’assemblée constituante remplace dès 1789 ces institutions anciennes

A partir de la Révolution, Strasbourg est géré par un conseil municipal présidé par un maire, à l’instar de toutes les communes françaises.

Des conseils intermédiaires (comme la commission municipale de novembre 1918) sont mis en place lors de périodes critiques sur le plan politique, mais sont rapidement remplacés par des formes constitutionnelles. Enfin, il faut rappeler que le conseil municipal de Strasbourg se replie à Périgueux en 1939 et y reste jusqu’en 1944, sous la direction du maire Charles Frey. En parallèle, une instance est mise en place par l’occupant de 1940 à 1944, ayant autorité sur le territoire du Gross Straßburg.

En 1966, avec la création de la Communauté urbaine de Strasbourg, une nouvelle instance est mise en place : le Conseil de communauté, qui siège à partir de 1967. Au 1er janvier 2015, l’Eurométrople remplace la Communauté urbaine avec son conseil propre.

Les sources

Les registres de procès verbaux des trois conseils (XXI, XV, XIII) et de différentes commissions sont conservés dans la série R. Les séries débutent en 1539. Mais quelques copies et extraits permettent de remonter dans le temps. Une présentation générale de l’ensemble est disponible dans le guide des sources manuscrites de l’histoire de Strasbourg (p. 6 et sv).

Les registres des procès verbaux du Conseil municipal, cotés en 1 MW, sont numérisés et disponibles en ligne.