Strasbourg en guerre 1914-1918, une ville allemande à l'arrière du front

Principale ville de garnison du XVe crops d'armée allemand, la place forte de Strasbourg joue un rôle stratégique comme base arrière du front ouest.

Noël 1915 dans un hôpital militaire de Strasbourg, 301 Fi 4308 (jpg - 714 Ko)

Noël 1915 dans un hôpital militaire de Strasbourg, 301 Fi 4308

Affiche exposition Strasbourg en guerre (jpg - 103 Ko)

Affiche exposition Strasbourg en guerre

 

L'exposition "Strasbourg en guerre 1914-1918, une ville allemande à l'arrière du front a été présentée aux Archives de Strasbourg du 5 septembre 2014 au 30 janvier 2015


L'exposition du centenaire

2014 marque le centenaire du déclenchement de la Première Guerre mondiale, au sein des commémorations nationales Strasbourg occupe une place particulière, à l’instar du reste de l’Alsace-Moselle, allemande depuis 1870.


La guerre des militaires

La capitale du Reichsland doit, tout comme le reste de l’Empire wilhelminien soutenir matériellement et financièrement la guerre. Tête de pont sur le Rhin et verrou défensif barrant la plaine d’Alsace à l’armée française, la puissante place forte du XVe corps d’armée allemand fait l’objet, de 1914 à 1916, d’un vaste programme de modernisation de ses fortifications qui voit la construction de près de 1000 ouvrages bétonnés.

Si le danger s’éloigne de la ville dès l’automne 1914, celle-ci doit continuer à approvisionner le front en matériel et en hommes grâce à ses importantes infrastructures militaires. Une cinquantaine d’hôpitaux militaires sont installés dans de nombreux bâtiments publics afin de permettre la prise en charge de quelques 10 000 blessés.


La guerre des civils

Peu à peu, la population et l’administration municipale, dirigée par le maire Rudolf Schwander, s’installent dans un quotidien de guerre rythmé par les manifestations patriotiques mais aussi par les privations et le poids de la dictature militaire instaurée dès 1914. Quatre années d’interdictions, de presse muselée, de germanisation renforcée, d’emprunts pour soutenir l’effort de guerre, de listes interminables de Strasbourgeois tombés au front, ont raison des derniers partisans de l’Empire et le retour à la France s’impose dans les esprits.


La fin d'une époque

Les évènements se précipitent en novembre 1918 avec la révolution des conseils qui conduit à la chute de la monarchie et la proclamation de la république allemande, le 10 novembre à Strasbourg. Jacques Peirotes et Léon Ungemach assurent la transition d’un régime à l’autre, d’une nation à l’autre, préparant l’entrée des troupes françaises dans la ville le 22 novembre 1918.

 

Revivez grâce à l'exposition virtuelle et à l'ouvrage accompagnant l'exposition, le quotidien des Strasbourgeois emportés dans le tourbillon de la Première Guerre mondiale.