Imprimer cette page

41 Z - Fonds famille Schneegans

Fermer le formulaire de recherche

sommaire

 

Présentation du fonds

-+
  • Introduction

    Malgré ses dates extrêmes très étendues (1710-1988), le fonds Schneegans n'aborde qu'une infime partie de l'histoire des membres de cette famille. Il ne comporte apparemment aucun document produit par les membres de la première branche familiale. Les archives de ce fonds concernent essentiellement les membres de la deuxième branche familiale. Peu de documents évoquent Charles Frédéric Schneegans (fils) : à l'exception d'un livret ouvrier ayant appartenu à son père et de quelques portraits, nous ne disposons d'aucune correspondance de ce dernier. Une situation analogue se présente pour Frédéric Théodore, frère de Charles Frédéric, dont nous n'avons recensé qu'une demi-douzaine de photographies et de portraits. Les documents sont en revanche plus nombreux sur la famille de Frédéric Edouard Schneegans En dehors des archives de la deuxième branche familiale, le fonds comporte d'autres documents ayant vraisemblablement appartenu aux épouses de Charles Frédéric, de Frédéric Edouard et d'Ernest Schneegans. Ce fonds est intéressant à plusieurs titres : - sociologique et généalogique: il nous renseigne en effet sur une importante famille bourgeoise protestante, ayant noué par l'intermédiaire des liens matrimoniaux des relations étroites avec plusieurs familles de notables. Ainsi, la famille se trouve liée avec les familles d'André Jung, de Charles Emile Lichtenberger ou encore de Fritz Kiener. En dehors des liens matrimoniaux, les Schneegans établirent également des contacts avec d'éminents représentants du milieu intellectuel et littéraire alsacien, tels qu'Edouard Schuré ou encore Rodolphe Reuss. Enfin, le quotidien de cette famille demeure abondamment illustré par de nombreux documents figurés et objets de toute nature (portraits, photographies, bonnet de nourrisson, carnets). - littéraire : philologue et passionné de littérature romane, Frédéric Edouard collabora à plusieurs revues littéraires. De même, ses archives comportent plusieurs ouvrages de littérature, des critiques d'œuvres littéraires et théâtrales, ainsi que des sujets de composition, des notes, des fiches de lecture et des références bibliographiques. - historique : Frédéric Edouard tenait un journal, où il écrivit quelques notes personnelles et colla des articles de presse sur les événements nationaux qu'il vécut. De même, la correspondance échangée entre Suzy et Ernest Schneegans, nommé médecin militaire à partir de 1939, décrit la vie quotidienne de ces deux personnes pendant la Seconde Guerre mondiale. Le fonds est classé par nature de documents (correspondance, publications, objets, photographies).

     ...  

  • Nom du producteur

    Famille SCHNEEGANS

  • Présentation du producteur

    La famille Schneegans appartenait à la bourgeoisie strasbourgeoise. Plusieurs de ses membres ont mené une carrière politique, militaire ou se sont distingués dans les milieux intellectuels et sociétés savantes. Le Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne nous fournit de nombreux renseignements sur ceux-ci, dont nous résumons les principaux éléments ci-dessous. Valentin Schneegans (1787 - 1849) donna à sa famille une certaine notoriété. Licencié en droit, il exerça les fonctions d'avoué puis de juge de paix à Strasbourg. Sa carrière politique débuta en 1833. Il siégea au Conseil municipal de Strasbourg ainsi qu'au Conseil général. Valentin eut deux fils. L'aîné, Louis Schneegans (1812 - 1858), fit ses études secondaires au Gymnase protestant et obtint une licence de droit en 1834. Rédacteur au Courrier du Bas-Rhin (1836-1837), il quitta ses fonctions pour se consacrer pleinement à la recherche historique. Nommé bibliothécaire puis archiviste de la Ville de Strasbourg en 1843, il travailla plus particulièrement sur l'histoire de la cathédrale de Strasbourg. Louis entretint des liens très étroits avec de nombreuses sociétés savantes de France et d'Allemagne et fut correspondant auprès du ministère de l'Instruction pour les recherches historiques. Le fils cadet, Valentin Ferdinand Schneegans (1820 - 1901) fit comme son frère aîné, sa scolarité au Gymnase et acheva ses études à la Faculté de Droit de Strasbourg. Avocat de profession, il s'engagea dans une carrière politique après 1870. Rallié à l'Empire, il fut conseiller général de Strasbourg entre 1873 et 1886. Une deuxième branche de la famille acquit également une importante renommée. Neveu de Valentin, Charles Frédéric Schneegans (1822 - 1890) épousa Charlotte Emma Jung, fille du bibliothécaire municipal de Strasbourg André Jung. Après des études de théologie et de mathématiques, Charles Frédéric fut professeur de lettres et de géographie au Gymnase protestant de Strasbourg en 1848, avant d'en devenir le directeur de 1868 jusqu'à sa mort. Son frère, Frédéric Théodore Schneegans (1831 - 1914), fit carrière dans l'armée française. Fils de Charles Frédéric, Frédéric Edouard Schneegans (1867 - 1942) suivit la même scolarité que les autres membres de sa famille. Après le Gymnase protestant, il fit des études supérieures de langue romane à Strasbourg. Marié à la fille d'un professeur de littérature allemande à la Sorbonne (Charles Ernest Lichtenberger), il fréquenta les milieux littéraires de France et d'Allemagne. Professeur à Heidelberg, à Neuchâtel, puis à la Faculté de Lettres de Strasbourg, il collabora à de nombreuses revues littéraires et publia plusieurs œuvres théâtrales du Moyen Age et de la Renaissance. Un de ses fils, Ernest Schneegans (1904- ?), épousera Suzanne Hoch en 1937 et deviendra un pédiatre renommé après la Libération.  ...  

  • Langue et écriture des documents

    français, allemand

  • Bibliographie