Das Archivshop


Strasbourg 1940-1944

Publications des Archives

Le 1er septembre 1939, Strasbourg et la zone frontière le long du Rhin, du Palatinat et de la Sarre sont évacués. Après la drôle de guerre, l’armée allemande envahit la France dont la défaite fulgurante entraîne la signature de l’armistice le 22 juin 1940. L’Alsace et la Moselle sont annexées de fait par le IIIe Reich.

Les Strasbourgeois.es revenus durant l’été 1940 se voient imposer un mot d’ordre : « Ein Volk, ein Reich, ein Führer. Befreite Elsässer danken dem Führer ! Heil Hitler ! » [Un peuple, un empire, un guide. Les Alsaciens libérés remercient le Führer.]. Pour les Nazis, l’Alsace est libérée par Hitler qui atteint son objectif de regrouper toutes les populations germaniques dans un empire censé durer mille ans.  

Mais que recouvre ce slogan ? Une réalité acceptée tant bien que mal ? Une adhésion franche et massive au nazisme ? Quelle résistance, quel réflexe de survie étaient-ils possibles ?

Le regard d’un artiste contemporain permet d’aborder la mémoire collective de cette période douloureuse et encore très sensible, avec une distanciation suscitant la réflexion. L’exposition vous propose des pistes pour découvrir le quotidien des Strasbourgeoises et des Strasbourgeois, bouleversé pendant quatre ans : il a fallu s’adapter aux conditions politiques, à l’idéologie nazie, mais aussi aux pénuries et au rationnement, aux bombardements, à l’enrôlement de force…

 

Contributions de :

Marie Beil, Archives de Strasbourg,                                                                                                                            Albane Eglemme, Archives de Strasbourg,                                                                                                                  Anne Felden, Archives de Strasbourg,
Benoît Jordan, Archives de Strasbourg,
Alice Lamy, Archives de Strasbourg,
Laurence Perry, Archives de Strasbourg,
Jerôme Ruch, Archives de Strasbourg,
Edouard Steegmann, illustrateur.

 

Catalogue interactif en réalité augmentée.

 

 

2021

185 pages - 21 x 27 cm


Strasbourg s'amuse !

Publications des Archives

L’amusement est d’abord celui de l’intimité familiale, des jouets d’enfants et des jeux de société des adultes. Autant d’objets qui n’ont d’autre utilité que de distraire, mais font vivre un artisanat et une  industrie spécifiques. Les jeux de cartes, souvent aussi jeux d’argent, font l’objet d’un contrôle sévère des autorités municipales. Le rôle de ces dernières, hier comme aujourd’hui, est de prévenir les excès des amusements des Strasbourgeois, en règlementant souvent à posteriori les débordements constatés.

Mais l’amusement d’une société est avant tout collectif, la rue étant sa première scène où le canular n’est jamais bien loin. Au gré des saisons, les distractions dans l’espace public prennent de multiples formes. Sportives, elles fédèrent la communauté autour de ses champions et servent à dépenser le trop plein d’énergie d’une jeunesse turbulente. Musicales ou dansantes, elles tissent des liens dans les différentes couches sociales.

Des spectacles de toutes sortes, assurés par des saltimbanques d’un jour ou des professionnels, occupent le temps libre des citadins, tant en ville qu’à l’extérieur de ses murs, selon les goûts de chacun. Les amateurs de grandes œuvres, d’épopées ou de vaudevilles vont au théâtre, plus tard au cinéma. Les impertinents rient des satires des cabarets. Les mélomanes assistent à un des nombreux concerts des ensembles musicaux amateurs ou d’artistes en tournée. La programmation culturelle des siècles passés n’a rien à envier à la nôtre.

Spectateur amusé, le Strasbourgeois est aussi acteur de ses distractions, il court les bals où il peut se libérer, le temps d’un soir, des convenances. D’autres risquent leur réputation dans les tripots.

 

Contributions de :

Marie Beil, Archives de Strasbourg,
Benoît Jordan, Archives de Strasbourg,
Alice Lamy, Archives de Strasbourg,
Laurence Perry, Archives de Strasbourg,
Jerôme Ruch, Archives de Strasbourg,
Thérèse Willer, Musée Tomi Ungerer – Centre international de l’Illustration

2020

68 pages - 21 X 27 cm


Jean-Yves Mariotte - Les sources manuscrites de l’histoire de Strasbourg

Publications des Archives

Couverture guide mariotte

Ouvrage de base pour se repérer dans les sources de l’histoire de Strasbourg avant 1790 et en particulier dans les fonds strasbourgeois dont l’organisation reflète la complexité de l’administration municipale d’Ancien Régime.

2001

367 pages - 16,30 x 24 cm


Parchemins et jardins

Les jardins strasbourgeois du Moyen Age à nos jours

Publications des Archives

Couverture catalogue Parchemins et jardins

Réalisée à l’occasion de l’inauguration des Nouvelles Archives et du Jardin des Deux Rives, l’exposition présentait les différents types de jardins : jardin de nécessité (jardins du Moyen-âge, jardins de maraîchers, jardins de guerre), jardins d’agrément (châteaux forts, hôtels particuliers, jardins de campagne, les parcs urbains), les jardins décors (jardin botanique, Oberlin, jardin exposition, jardins funéraires), les jardiniers (corporations, les jardiniers dans le recensement de 1789 et sur le plan relief de 1725, la confrérie Saint Fiacre, les jardiniers municipaux, le syndicat des jardiniers cultivateurs), les aspects sociaux du jardin ( cités jardins, jardins de maisons, jardins ouvriers, jardins scolaires, terrasses et guinguettes...).


Ouvrage co-édité avec les éditions de la Nuée-Bleue.

2004

143 pages - 22 x 26.5 cm


Collectif - Strasbourg 1918-1924 - Le retour à la France

Publications des Archives

Novembre 1918: il y a cent ans, Strasbourg, ville annexée par l’empire allemand en 1870, revenait à la France dans des élans d’enthousiasme partagés.
Les années qui suivent le retour à la mère patrie sont marquées par une épuration de la composante allemande et germanophile de la société strasbourgeoise et d’une politique de francisation active de la ville.


Face à une République centralisatrice et nationaliste, l’incompréhension monte au sein de la population qui avait fini par assimiler l’héritage d’un demi-siècle de présence allemande.


Loin de parvenir à rétablir un dialogue, les antagonismes entre la “petite patrie” et l’État débouchent sur une crise en 1924 qui alimente l’autonomisme des années 1920 et 1930.


Ce beau livre-catalogue, riche de contributions de spécialistes et d’une iconographie exceptionnelle, revient sur cette période charnière et troublée pour Strasbourg dont naît le «malaise alsacien».


Contributions de :
Roland Biguenet, historien,
Franck Burckel, Archives de Strasbourg,
Monique Fuchs, Musée historique de Strasbourg,
David Dischler, historien,
Benoît Jordan, Archives de Strasbourg,
Laurence Perry, Archives de Strasbourg,
Candice Runderkamp, Musée Tomi Ungerer – Centre international de l’Illustration
Thérèse Willer, Musée Tomi Ungerer – Centre international de l’Illustration

octobre 2018

128 pages - 22 X 28 cm

ISBN : 978-2-84574-316-8